Cabinet de David Carbonnier

Kinésithérapeute à Courrières

LA MICROKINESITHERAPIE

La Microkinésithérapie considère le corps humain, comme tout organisme vivant. Il est conçu pour s'adapter,se défendre et s'auto corriger.
Ceci concernant différents types d'agressions traumatiques, émotionnelles, toxiques, virales, microbiennes ou d'environnement.

Lorsque l'agression est supérieure aux possibilités de défense de l'organisme, la vitalité du tissu corporel concerné va être altérée.
Il y a "mémorisation" de l'agression. La modification de la vitalité tissulaire, peut faire apparaître différentes manifestations locales ou à distance.

La Microkinésithérapie est une technique thérapeutique manuelle, basée sur la ré-information cellulaire en rapport avec les tissus embryologiques qui nous constituent.
La Microkinésithérapie est une technique douce qui permet de reprogrammer les différents tissus de notre organisme. Elle agit sur la mémoire cellulaire afin de relancer la vitalité du corps.

 

PRINCIPE

Nous sommes tous constitués de 4 tissus fondamentaux :
Un tissus extra-embryonnaire ou sanguin, L’ectoblaste, Le mésoblaste et endoblaste, issus de l’embryogenèse qui forment notre corps physique.
Ces tissus présentent des rythmes vitaux, perçus manuellement comme des micro-mouvements sous la main du thérapeute. Qui nous renseignent sur la vitalité des quatre tissus fondamentaux.

 

BUT DE LA MICROKINESITHERAPIE

La Microkinésithérapie est une technique de soins manuelle.
Son but de restaurer les fonctions vitales de l’organisme dans son ensemble d’après les agressions reçues.
Grâce à la micropalpation manuelle spécifique, le thérapeute va rechercher les traces laissées par les agressions dans les différents tissus de l’organisme.

La Microkinésithérapie est applicable à tous les âges de la vie, dans un but thérapeutique, à titre curatif ou préventif.

 

MOYENS D’ACTION

L’action du Microkinésithérapeute consiste à effectuer manuellement des actes stimulant les mécanismes d'autocorrection dans le corps. Cela afin d'éviter la dégradation des tissus et d’en rétablir leurs fonctions. Les mains du thérapeute stimulent les différents tissus d’après le type d'agression. Chaque tissu ayant un rythme spécifique à son origine embryologique.

En Microkinésithérapie, une cartographie est établie méthodiquement ainsi que des protocoles spécifiques.
Le Microkinésithérapeute pourra déterminer l’origine d’un traumatisme, sa porte d’entrée dans le corps et dans certains cas dater le traumatisme en question.

 

PRINCIPE D’AUTOCORRECTION

Grâce à ses rythmes vitaux, le corps est conçu pour vivre en bonne santé mais également pour se défendre et s’autogérer en cas d’agression de la part de l’environnement.
La plupart du temps, en cas d’attaque extérieure, qu’elle soit physique, psychique, émotionnelle affective ou toxique, le corps met en route des mécanismes d’autocorrection. Cela lui permettent de faire face en tous cas pour un petit moment à l’agression reçue et de continuer à vivre sans être trop perturbé.

Il arrive que parfois, le ou les chocs répétitifs soient trop violents. La personne peut rapidement déclencher une réaction de défense qui se caractérisera par un symptôme et/ou une somme de compensation pour éviter que la maladie ne s’installe ou vienne perturber l’équilibre précaire du corps.

Ce principe d’autocorrection est ainsi stimulé en réponse à une somme d’agressions
tant que le corps peut se le permettre
.
On le retrouve comme base de notre immunité, notre corps sait se défendre par des anticorps, quand il connaît son agresseur.
Il déclenche alors une réaction de cicatrisation des lésions, en réponse aux agressions reçues, pour garder l’équilibre du corps.

C’est à ce moment là qu’intervient l’action du Microkinésithérapeute, qui va ré-informer le corps de son agression pour lui proposer une solution de correction au travers des différents rythmes vitaux du corps :

  • il stimule à nouveau le corps avec ses mains et utilise la micropalpation qui l’informe sur la vitalisé tissulaire pour relancer ce phénomène d’autocorrection.

LA « CICATRICE PATHOGENE »

La cicatrice « saine » et naturelle informe le corps d’une agression afin de créer une mémoire de correction
sans produire aucun effet négatif dans l’organisme.
C’est un processus enrichissant pour le corps, une prise de conscience qui lui permettra dans d’autres cas similaires de trouver une réponse adéquate en vue d’une autocorrection naturelle et d’une évolution possible.

Par opposition, la « cicatrice pathogène » sera la résultante d’une agression jugée trop forte par le corps, entraînant la perte l’équilibre des rythmes vitaux fondamentaux au niveau de ses tissus.
Cela se traduit par un blocage de vitalité tissulaire, une sensation d’épuisement ou de perte d’énergie pour reprendre les termes des personnes qui viennent consulter.
Cette perte de vitalité s’inscrira dans les tissus concernés par l’agression et dans un étage spécifique du corps.

La Microkinésithérapie parlera alors de « cicatrice toxique » de « cicatrice émotionnelle » ou de « cicatrice traumatique » qui va agir comme une source de perturbation.
Cette cicatrice donne un lieu d’inscription de la perturbation et crée un dysfonctionnement permanent
à partir de son lieu d’inscription, conduisant à la maladie.

La « cicatrice pathogène » est facile à détecter dans le corps, surtout quand elle est physique puisqu’elle correspond au lieu d’inscription de la douleur.
Quand la souffrance à pour origine un choc psychologique ou toxique, il faut remonter « les cascades traumatiques » et rechercher le lieu d’inscription initial de la lésion, sa porte d’entrée dans le corps.
Grâce à un bilan micropalpatoire, des protocoles spécifiques permettront de retourner à la source du mal,
pour redescendre au symptôme et à sa souffrance afin de le corriger.

 

LA CORRECTION

La correction en Microkinésithérapie consiste à reproduire le traumatisme de façon infinitésimale, pour permettre au corps de retrouver la cause de sa souffrance, mais cette fois-ci en lui proposant une correction à laquelle il n’avait pas accès pour différentes raisons ( chocs trop violents, répétitifs, épuisement physiologique ou émotionnel….)

Le Microkinésithérapeute va ré-informer avec ses deux mains, les tissus affectés, pour relancer les rythmes vitaux de l’organisme dans les tissus et les zones du corps où les lésions se sont inscrites.
Il va ressentir entre ses deux mains la vitalité des tissus, « ça bouge ou ça ne bouge plus convenablement »
et réactiver la mémoire tissulaire de corps, comme s’il reprogrammait un corps qui n’arrivait plus à revivre et à s’adapter par lui même.

Le Micokinésithérapeute pourra déterminer l’étiologie de l’agression, comment, pourquoi, depuis combien de temps et remonter ainsi dans les causes trans-personnelles comme trans-générationnelles.
La mémoire de notre vécu comme celle de nos ancêtres s’inscrit dans nos tissus, dans nos cellules et conditionne une partie de notre vie, de nos réactions physiologiques et psychologiques ainsi que notre hérédité.

 

DEROULEMENT D’UNE SEANCE

La personne qui vient consulter reste habillée et s’allonge sur une table de traitement où le thérapeute en Microkinésithérapie après lui avoir posé quelques questions commencera son bilan micropalpatoire en parcourant tout le corps avec ses deux mains pour rechercher par des pressions très douces où se logent les lésions et dans quels tissus.

Ensuite il appliquera un ensemble de protocoles thérapeutiques, qui consisteront à ré-informer le corps
pour lui proposer des solutions de correction et de relance des rythmes fondamentaux, toujours avec ses deux mains qui palperont, en effleurement, en poussées, en rotation en glissement etc… pour corriger toutes les traces objectivables des traumatismes et rechercher la mémoire des événements responsables des désordres ou de la pathologie.
Le corps « nettoyé » et corrigé va reprendre le cours de sa vie tranquillement, en laissant un temps l’élimination entre deux et cinq jours, et un temps de correction qui va perdurer sur deux à trois mois.

Une deuxième séance pour un même symptôme est envisageable après une période de deux à trois mois.
Dans l’intervalle il est conseillé de boire de l’eau pour drainer le corps, d’avoir une alimentation légère et équilibrée pour éliminer les toxines du corps.
Une fatigue d’élimination est souvent ressentie pendant quelques jours après la séance, il est conseillé de se reposer autant que possible et de ne pratiquer une activité sportive qu’après avoir retrouvé une sensation de vitalité et de bien-être.

La guérison est une capacité inhérente à la vie.

 

Mots clefs

Agression : événement de source extérieure, de toute origine possible venant perturber l'individu.
Vitalité tissulaire : capacité d'un tissu de manifester de façon palpable son état normal de fonctionnement.
Micropalpation : interrogation faite à deux mains sur un tissu vivant permettant de contrôler l'intégrité de sa vitalité.

Questions/Réponses habituelles sur cette technique,  ici.

Vous trouverez également ici et des liens vers les sites officiels de la Microkinésithérapie.

Défiler vers le haut